L’expérience « made in france »

MadeinFrance4-642x360

Faut-il consommer français pour être un bon Français ?  Si on l’a beaucoup entendu au cours de la campagne présidentielle 2012, et juste après l’élection dans le discours d’Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, cette idée ne date pas d’hier. Depuis les années 80, le patriotisme économique est régulièrement remis en avant par les politiques, aussi bien à droite qu’à gauche.

A quoi ressembleraient nos vies, si on en faisait disparaître les produits et services fabriqués à l’étranger ? C’est cette question que le journaliste Benjamin Carle a décidé de prendre à bras le corps, en tentant l’expérience de vivre 100 % français pendant une année entière. Avec trois règles : consommer des produits français, éliminer tout contact avec des produits étrangers, réaliser cette expérience avec un revenu mensuel de 1800 euros net. L’expérience a donné lieu à la réalisation d’un documentaire sur Canal +. En filigrane, c’est un portrait de l’économie française d’aujourd’hui qui se dessine. Qu’est-ce qu’on fabrique encore en France ? Dans quoi est-on bon, au-delà du vin rouge et de la marinière ?

A 25 ans, Benjamin Carle est un enfant de la mondialisation. Pour aller au travail, il utilise un vélo à moitié chinois, à moitié anglais. Arrivé au bureau, il travaille sur un ordinateur conçu en Californie, caméra japonaise et écran coréen. Le soir, avec ses copains, il boit de la bière belge, écoute de la musique anglo-saxonne, et parle des séries télé américaines… Cette expérience a donc été une véritable révolution pour le journaliste.

Si Benjamin a du renoncer au frigo, au smartphone, et au coupe-ongle, son expérience du made in France l’a amené à reconsidérer sa façon de vivre et de consommer :  prendre le temps d’acheter des aliments bruts et de les cuisiner, de vérifier l’origine des produits, être prêt à acheter plus cher des produits de meilleure qualité…  « on est habitué à envisager le pouvoir d’achat comme la possibilité d’acheter des produits à bas prix, mais est-ce que la possibilité d’acheter des produits qui durent ce n’est pas une autre forme de pouvoir d’achat? »

Alors, convaincu ? S’il a hardiment retrouvé son ordinateur et son frigo une fois l’expérience finie, Benjamin Carle reste marqué par cette expérience et continuera à consommer français: un mode de vie plus sain, qui permet de prendre conscience de la réalité de nos pratiques de consommations, et de réduire son empreinte écologique !

>> Ciné-débat le 23 novembre à Valence en présence du réalisateur Benjamin Carle, suivi d’un buffet de produits locaux 100 % made in Drôme Ardèche !